ek

ADRIEN BRAVO | Promo 2011 |
Designer chez Christian Liaigre

Que retiens-tu de tes études à l'École Bleue ?

Tout d'abord, je dirais que c'était des années très enrichissantes. Comme toute école, elle a sa logique et son propre mode de fonctionnement et il me convenait. On a le droit à l'erreur. On a le droit de se tromper et c'est en cela la force de l'école. Si nous étions engagés dans ce que l'on faisait, les profs le ressentaient et nous soutenaient.

Alors certes les années sont harassantes et demandent des efforts mais on sent que l'on est soutenu. Selon moi elle donne des armes dans le milieu professionnel qui sont primordiales.

Quels rapports gardes-tu avec l’école ?

Je garde de très bons rapports tant avec l'équipe pédagogique qu'administrative. Je suis encore en contact avec certains professeurs et dès que je le peux, je vais aux portes ouvertes et autres manifestations organisées.

Comment a démarré ton aventure professionnelle ?

J'ai commencé un stage chez Louis Vuitton au département architecture. Je participais à la création du concept des magasins, des premières recherches visuelles aux croquis préparatoires, en passant par les études 3D.

Quel chemin as-tu parcouru depuis ? Où en es-tu aujourd’hui ?

J'ai continué chez François Dumont dans son agence à Tours en tant que dessinateur projeteur, notamment sur des concours de bâtiments publics. Puis, de retour à Paris, j'ai eu un poste chez Louis Vuitton au département Design mobilier durant 2 ans. Mon poste au sein de l’équipe me permettait de créer, dessiner, mettre à jour et prototyper le mobilier qui allait se retrouver dans les boutiques de la marque. J'ai quitté Louis Vuitton pour continuer une année et demie en auto-entreprenariat, période durant laquelle j'ai dessiné une boutique d'horlogerie avec Alexandre Dubreuil (un ancien de L'École Bleue). Je me suis aussi diversifié dans le graphisme (logos, artwork, posters). Et enfin, j'ai dessiné et suivi la production de bijoux de la maison Dauphin, spécialisée dans la haute joaillerie. Aujourd'hui j'ai intégré l'agence Christian Liaigre. J'y travaille en tant qu'architecte intérieur, mais aussi en tant que designer mobilier. J'ai travaillé sur un hôtel de luxe, une résidence privée et actuellement sur un projet de yatch.

Quel projet de développement as-tu pour l’avenir ?

J'aimerais grandir un temps au sein du studio Liaigre, le temps d'absorber les codes de la maison. C'est en quelque sorte une deuxième école, dans le sens où l’on réapprend les codes des proportions, que ce soit au niveau des espaces ou du mobilier mais également au niveau du travail des matières nobles comme le bois, le marbre et le cuir.

Que dirais-tu en guise de conclusion de cette petite interview ?

Toujours rester curieux et sensible ! Je pense que c'est comme cela que nous arrivons le mieux à faire notre métier. Nous sommes en permanence influencés par ce qui nous entoure, il faut donc avoir un oeil aguéri mais aussi faire l'impasse sur les choses qui nous semblent désuètes. Et je dirais pour finir, qu'il faut en permanence avoir du recul sur son propre travail et ne jamais oublier que les choses que nous créons doivent avoir un sens.